Vous êtes ici : Accueil université > IGARUN > Vie étudiante

Voyage au Portugal 2012

A- A+ Aa
par Manon JOGUET vice-présidente de l'association GÉODE

jeudi 24 mai


Départ à 34 étudiants de l'aéroport de Nantes. Le rendez-vous était fixé à 16h30. Tout le monde est à l'heure. L'ambiance est tout de suite chaleureuse, entre les étudiants eux-mêmes et entre eux et les professeurs. Notre avion décolle à 18h30 sous un soleil de plomb. Nous quittons Nantes avec une légère appréhension.

Nous arrivons à 19h heure locale à Lisbonne. Une fois trouvé le bus qui nous emmènera à l'auberge, nous devons nous séparer en deux groupes. En effet, 34 personnes accompagnées de 34 sacs à dos ne tiennent pas toutes dans un seul bus. Nous arrivons enfin à l'auberge, et après quelques frayeurs : impossible de trouver l'auberge dans la rue indiquée, nous nous installons finalement dans une petite auberge très agréable. Nous sommes quasiment les seuls occupants de l'étage pour les trois nuits à venir et nous sommes répartis dans des chambres de 2, 4 ou 6 personnes.

La cuisine est restreinte mais nous avons assez de place pour cuisiner pour tout le monde, et le supermarché se trouve à deux minutes de l'auberge. Après avoir chacun diné dans des endroits éparpillés autour de l'auberge, nous nous retrouvons tous vers minuit pour une bonne nuit de sommeil.


vendredi 25 mai

Lever vers 8h environ pour tout le monde. Le but étant d'aller faire de brèves courses au supermarché pour tout le monde pour le petit déjeuner. Le problème c'est qu'il n'ouvre qu'à 9h et qu'il faut être prêt à 9h30. Finalement, entre ceux qui optent pour un petit-déjeuner express, et ceux qui préfèrent descendre dans les petits cafés du quartier, tout le monde est fin prêt à 9h30.

Nous retrouvons alors un collègue de Mme Ana Firmino : M. Nuno Soares. Mme Firmino a été un réel soutien pour nous, lors de l'élaboration du voyage mais aussi lors de son déroulement. Nous l'avions rencontré mi-mars lors de sa venue à l'IGARUN dans le cadre des 50 ans de l'Université de Nantes. Elle nous a donc mis en relation avec l'un de ses collègues. M. Soares nous a retrouvé directement au pied de l'auberge pour nous faire découvrir la ville dès la grande place de la Liberté à coté de laquelle nous nous trouvions. Nous avons alors découvert la grande allée centrale, que les Portugais considèrent comme leurs Champs Elysées. Mais il nous a aussi emmené dans toutes les petites ruelles parallèles, où le contraste est saisissant. D'un côté, l'opulence, les devantures de magasins luxueuses, de l'autre une pauvreté assez marquée.

Grâce à lui, nous avons également pu rentrer dans une maison qui s'apparentait à un ryad. Une grande demeure, que l'on ne devine absolument pas depuis la rue. Une fois dans le centre-ville, nous avons arpenté les rues en visitant les églises, les monuments, toujours avec les explications savantes de M. Soares.

Nous sommes montés en haut de l'élévator San-Justa, en prenant les marches pour éviter de payer l'ascenseur. Et effectivement, il est en hauteur. D'ailleurs de notre point de vue, nous avons assisté à l'incendie d'un hôpital en plein coeur du centre-ville, ce qui a énormément bouleversé notre guide.

Nous nous sommes ensuite dirigés vers le quartier de l'Alfama, en passant par la place la plus célèbre de la capitale : la Praça do Comércio. Le quartier de l'Alfama est un quartier très pauvre, où certaines maisons n'ont toujours pas l'électricité, voire l'eau courante. Ce contraste est très présent dans la capitale portugaise, il y a d'ailleurs une voie de tramway qui symbolise la « rupture » entre le centre riche et le centre pauvre. L'Alfama était en fête lors de notre visite, et toutes les maisons étaient décorées de multiples guirlandes de couleurs.

A 13h, nous nous sommes tous dispersés pour déjeuner, certains souhaitant à tout prix tester les spécialités locales, d'autres, plus frileux, préférant s'en tenir aux classiques. Le rendez-vous était fixé à 14h, et nous avons tous repris le métro, en direction du nord de la ville pour rencontrer Mme Firmino, qui nous a fait visiter les « jardins potagers familiaux ». Situés dans le quartier Luz, ces jardins sont récents, et sont une bonne alternative, face à l'urbanisation massive de la ville. Nous arpentons ainsi ce parc géant en plein coeur de capitale avec Mme Firmino, qui s'improvise même traductrice afin que nous puissions poser quelques questions à des propriétaires de jardins que nous rencontrons. Afin d'approfondir ce que nous venons de voir sur le terrain, Mme Firmino nous emmène dans sa faculté (La Faculté des sciences humaines de Lisbonne) afin de nous faire une petite conférence sur la thématique de l'agriculture durable lisboète, et notamment de la permaculture.

Nous profitons ensuite d'être sur le campus pour diner au restaurant universitaire. Nous rentrons à l'auberge à des rythmes différents (tout le monde avait sa carte métro 24h) mais nous nous retrouvons tous à l'auberge vers 22h pour un premier petit bilan tous ensemble.


samedi 26 mai

Deuxième et dernière journée à Lisbonne. Nous sommes cette fois accompagnés de M. Menanteau et M. Chauveau, chercheur CNRS et enseignant de l'IGARUN. Lever 8h, avec cette fois, une meilleure organisation pour le petit-déjeuner que nous prenons donc tous ensemble à l'auberge. Départ dès 9h, M. Menanteau et son collègue portugais nous emmène voir le Panthéon National, à coté duquel s'est installé le marché aux puces hebdomadaire que nous visitons du même coup.

Nous marchons ensuite jusqu'à la Praça do Comércio, sur laquelle ils nous racontent tout son historique et surtout sa symbolique pour les Portugais d'aujourd'hui puisqu'elle représente le refus de la monarchie.

Depuis cette place, nous prenons un tramway jusqu'au Monastère des Hiéronymites. Nous déjeunons d'ailleurs tous ensembles sur les jardins qui se situent en face. Nous visitons ensuite toute la partie extérieure du Monastère. En particulier une église magnifique dont toute l'architecture regorge de détails, et montre une finesse exceptionnelle.

M. Menanteau nous emmène après cela jusqu'à la Tour des explorateurs, une grande tour au sommet de laquelle on distingue tout l'estuaire du Tage. Son architecture est également très impressionnante puisque des dizaines d'explorateurs géants sont présents de chaque côté de la structure. Nous allons ensuite jusqu'à la Tour de Bellem, ancienne tour de contrôle pour tous navires rentrant ou sortant de l'estuaire du Tage. Puis nous sommes rentrés dans le centre, en rencontrant néanmoins quelques difficultés. En effet, nous sommes tombés sur un jour de manifestation nationale contre l'austérité imposée par le gouvernement. Les transports en commun étaient donc complètement perturbés. Nous sommes d'ailleurs tombés au beau milieu d'une centaine de manifestants alors que nous nous rendions à une exposition sur le Porto en plein coeur de la ville. Nous sommes ensuite montés sur les hauteurs de Lisbonne pour pouvoir avoir un aperçu de l'ensemble de la ville. Toujours accompagnés de M. Menanteau qui nous expliquait en parallèle les évolutions architecturales et sociales de la capitale.

Dernière visite de la journée : le grand parc Edouardo. Puis nous rentrons tous à l'auberge après cette journée bien chargée, et bien chaude (environ 36 C°).


dimanche 27 mai

Lever en différé selon que l'on fasse ou pas partie du groupe des «conducteurs». En effet, ce groupe se lève tôt pour être à 9h à l'aéroport, afin de prendre les 4 minibus qui vont désormais nous accompagner jusqu'à la fin du séjour. Une fois les modalités administratives réglées nous retournons à l'auberge chercher les autres, qui ont, pendant ce temps, tout nettoyé et rangé à l'auberge et ont préparé les pics-nics de chacun pour le midi. Arrivés à l'auberge, il faut être très efficace car nous sommes en plein centre-ville et 4 minibus ne se garent pas si facilement. Nous chargeons donc les sacs à dos le plus rapidement possible et partons vers Corroios puis faisons une première halte à Seixal, au sud de Lisbonne. C'est là qu'une collègue de M. Menanteau nous accueille devant le moulin à marée dont elle est responsable (Les moulins à marée étant l'une des nombreuses spécialités de M. Menanteau). Elle a accepté de l'ouvrir spécialement pour nous, et nous présente donc son histoire et ses mécanismes à travers des affiches, des maquettes et des documentaires.

Reprise des minibus, direction le Monastère de l'Arrabida, en plein coeur du parc naturel national. Nous n'avons finalement pu en voir que les remparts extérieurs car il a été privatisé et l'entrée nous était interdite. Nous décidons de déjeuner dans ce même coin là, car nous pouvons alors profiter d'une vue exceptionnelle sur Setubal et Troia. En effet Troia est située à l'extrémité d'une flèche sableuse, et forme comme une baie autour de Setubal.

Nous descendons ensuite jusqu'à Setubal, que nous ne pouvons pas hélas pas prendre le temps de visiter car nous devons aller prendre le ferry, qui nous emmènera jusqu'à Troia. Après 30mn de traversée nous arrivons donc à Troia qui s'avère être une station balnéaire de luxe, à en juger par les installations et équipements visibles de toutes parts. Nous faisons une courte halte sur l'une des plages de ce grand ensemble touristique. Lors de cet arrêt, M. Menanteau nous explique alors les différentes techniques utilisées sur des littoraux comme celui pour lutter contre l'érosion marine. En l'occurrence, ils avaient ici opté pour le dragage et l'apport de nouveaux sédiments venant des fonds marins. Dans la mesure où la saison n'était pas encore vraiment commencée, nous avons pu les observer en action puisque les machines étaient encore sur la plage.

Nous avons ensuite repris la route en direction d'Aljézur, la petite ville dans laquelle nous attendait la seconde auberge de jeunesse, et fait plusieurs haltes. L a première pour observer plusieurs rizières poldérisées, la seconde, un peu plus longue, à Santiago do Cacem. Cette ville est surplombée par un imposant château fort dont nous avons pu visiter les remparts. Puis la dernière halte nous permit de découvrir Villa Nova de Milfontes, un petit port de pêche, typique de la côte Portugaise. Nos professeurs nous y ont longuement expliqué les principes d'érosion littorale et le fonctionnement de ces petits ports de pêche. Nous arrivons finalement à l'auberge de jeunesse d'Aljézur vers 22h. Nous y dinons tous ensemble rapidement avant d'aller nous coucher, épuisés par cette longue journée.


lundi 28 mai

Lever vers 8h, et petit-déjeuner ensemble à l'auberge. Départ à 8h45 en direction de Sagres. Premier(s) arrêt(s) à Carrapateira. Nous suivons la côte et faisons plusieurs haltes pour comprendre la faune et la flore de ces littoraux. M. Menanteau nous aide également à saisir la dynamique de la morphologie des littoraux.

Nous nous dirigeons ensuite vers le Cap Saint-Vincent. Deux étudiants nous y font un petit exposé sur cette pointe européenne. Nous visitons le phare, et les alentours de cette pointe. La sensation de pouvoir observer d'un côté la Méditerranée et de l'autre l'océan atlantique est assez époustouflante.

Nous sommes ensuite remontés vers l'est, vers Lagos. Nous y retrouvons trois collègues de M. Menanteau avec lesquels nous déjeunons dans un petit restaurant local. Puis les collègues de M. Ménanteau nous font visiter la ville, la plupart du temps en espagnol, que la majorité des étudiants comprennent. Dans le cas échéant, M. Ménanteau était ravi de nous faire la traduction.

Nous nous sommes séparés en deux groupes, l'un a visité le musée de l'esclavage, pendant que l'autre est allé observer les remparts et les vestiges de la ville. Puis nous avons échangé. Toujours accompagnés de l'une des collègues de M. Ménanteau, nous bifurquons vers Punta de Piedade, des falaises creusées par l'érosion marine, qui tombent à pic dans la baie de Lagos.

Nous quittons ensuite le centre-ville pour monter sur les hauteurs de la ville, et observer des ruines romaines exceptionnelles auxquelles nous avons accès grâce à notre guide. Cette dernière nous emmène ensuite dans un musée, le musée Alcalar, dans lequel tout le passé (pré)-historique de la ville est expliqué.

Nous reprenons ensuite les minibus pour nous rendre dans la troisième et dernière auberge du séjour, à Portimao. Dans la mesure où nous restons les trois dernières nuits dans la même auberge, nous passons d'abord par l'hypermarché portugais afin de faire des grosses courses pour la fin du séjour. Nous n'arrivons pas à l'auberge avant 22h. Le temps de préparer à manger et de diner tous ensemble nous nous couchons assez tard.


mardi 29 mai

Lever à 8h de l'auberge, petit déjeuner tous ensemble dans la cuisine. Départ dès 9h pour le musée de la marine et de l'océanographie, normalement fermé au public le mardi, mais ouvert grâce à notre guide de la veille. Mario, l'un des guides du musée nous accueille et nous fait la visite du musée en français. Le temps de tout observer, nous sortons du musée vers midi environ.

Nous prenons la route vers Silves, un village historique au nord de Portimao. Pique-nique en arrivant à Silves à côté d'une rivière. Puis nous montons sur les hauteurs de la ville, et visitons le château, qui fut une ancienne demeure de souverains Maures.

Nous reprenons ensuite les minibus pour nous rendre dans la ville thermale de Caldas de Monchique, dans laquelle M. Chauveau en profite pour nous faire un petit exposé sur les ressources en eau du Portugal. A la suite de quoi nous montons encore plus haut dans les montagnes, jusqu'à Foia, à environ 900 mètres d'altitude. Du haut de ce panorama, nous avons une vue assez exceptionnelle, qui nous permet de voir toute la vallée de l'Algarve, jusqu'à l'océan. Puis nous redescendons enfin vers Portimao, vers 18h, et nous accordons un temps libre autour des falaises de la Praia da Rocha, une plage très aménagée de l'Algarve, où les infrastructures touristiques sont très importantes.

Retour à l'auberge en début de soirée et diner tous ensemble dans le jardin de l'auberge.


mercredi 30 mai

Lever à 8h, et départ à 9h vers Faro, à l'est du Portugal. Sur le chemin vers Faro, nous nous arrêtons dans des stations balnéaires de luxe sur le littoral portugais. La première étant Albufeira, une station balnéaire très prisée par la population russe. La seconde étant Vilamoura, dont la Marina donne des vertiges. En effet, les yachts et les bateaux de luxe ornent le petit port de la ville, où l'architecture ressemble à celle d'une petite forteresse.

Deuxième halte, toujours en route vers Faro : Quinta do Lago, la plage qui constitue l'extrémité ouest de la Ria Formosa. On distingue alors la lagune, dissimulée derrière la dune, qui forme un terre-plein avant l'océan.

Nous arrivons à Faro pour le déjeuner où nous pique-niquons sur une petite place. Nous visitons tout le centre de Faro, où la différence d'architecture entre le vieux centre intra-muros et l'extérieur est flagrante. Nous allons ensuite jusqu'au Quartier d'Olhào, avant de nous rendre jusqu'au centre d'interprétation du Parc Naturel de la Ria, à Quinta do Marim. Accompagnée des explications de M. Ménanteau, la visite se déroule pendant une heure et demie environ. Nous comprenons les techniques de conservation de la faune et de la flore locale. Nous visitons un deuxième moulin à marée également, et discutons quelques temps avec un agriculteur qui pêche les palourdes à la main, dans les marais de la Ria. Sur le chemin du retour vers l'auberge, nous nous arrêtons pour voir des salines, et apprenons à bien distinguer les salines des marais salants (la différence principale réside dans l'anthropisation des structures). Nous choisissons ensuite de rentrer par l'intérieur des terres plutôt que par la voie principale que nous avions prise à l'allée afin de découvrir les petits villages pittoresques de l'intérieur du pays.

Juste avant d'arriver, nous nous arrêtons une dernière fois au supermarché, puis rentrons à l'auberge. Nous dinons à l'auberge, autour des discours et des remerciements de fin de voyage. Nous profitons ensuite de notre dernière soirée tous ensemble jusqu'à assez tard.


Pour plus de détails

Télécharger notre livret des photos !

Mis à jour le 7 septembre 2012 par Valérie JOUSSEAUME